PSG : Cambriolage du domicile d’Angel Di Maria et Marquinhos

Au parc des Princes ce dimanche 14 mars 2021 a eu lieu le match de PSG contre le FC Nantes. Les canaris en sont sortis vainqueurs. Pochettino entraineur du PSG attribue cette défaite entre autres à la baisse d’enthousiasme après deux situations survenues chez deux des joueurs. En effet, Angel Di Mari et Marquinhos ont été cambriolés.

Une intrusion pareille chez Di Maria en 2015

Ce n’est pas la première fois que le footballeur argentin a été victime de ce genre de méfaits. En 2015, quand il était encore au Manchester United, des malfaiteurs ont tenté de s’introduire dans sa maison où se trouvaient sa famille et lui. Fort heureusement, les alarmes de sécurité de Angel les ont empêchés de faire leur sale besogne.

Cette situation s’est répété le dimanche 14 mars 2021 où le joueur au poste de milieu offensif était en plein match. À la 62e minute, il fut subitement sorti du terrain sous le regard curieux des supporters et remplacé par Leandro Paredes. Ce n’est que dans les vestiaires que l’entraîneur Mauricio Pochettino le met au parfum de l’incident survenu chez lui. Étaient présents plusieurs membres de sa famille ainsi que ses enfants. Il n’y a heureusement pas eu de perte en vies humaines. Un second joueur a été victime du même drame à peu près au même moment d’après les sources.

Cambriolage avec séquestration

Le joueur concerné par ce cambriolage est Marquinhos dont les parents qui ont subi une effraction à leur domicile dans le secteur Hauts-de-Seine. Contrairement à celui de Di Maria, ce vol s’est déroulé avec violence d’après les premières observations.

En effet, le père du capitaine du PSG était présent lors de la tentative de cambriolage de la maison. Il a été séquestré durant plusieurs minutes selon une source de la police et battu, ce qui lui a provoqué des lésions à la tête et au thorax.

Le joueur brésilien a rassuré plus tard en soirée le monde du football en déclarant "que personne n’a souffert et que tout le monde allait bien". La police judiciaire de Versailles continue tout de même de mener son enquête.